Les USA appelle à l’arrêt des violences dans l’est du Congo RDC, sur fond de menaces contre la Monusco

Dans un contexte de fortes violences contre la Monusco, certains observateurs n’écartant plus un départ définitif précipité des troupes de l’ONU au Congo, face à l’hostilité de plus en plus grandissante des populations locales. (Sylvie Kouamé)

La Déclaration de presse, Ned Price, porte-parole du département, 31 octobre 2022

Les États-Unis condamnent fermement la reprise des combats par le groupe armé du Mouvement du 23 mars (M23) en République démocratique du Congo (RDC). La reprise des hostilités depuis le 20 octobre a causé d’importantes souffrances humaines, notamment des morts et des blessés parmi les civils et un nombre important de personnes nouvellement déplacées.

Les États-Unis appellent à la cessation immédiate des hostilités et au respect des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Nous appelons le groupe armé M23, sanctionné par les États-Unis et l’ONU à se retirer de ses positions, à désarmer et à rejoindre le dialogue intercongolais (processus de Nairobi) en préparation du désarmement, de la démobilisation et de la réintégration communautaire offerts par le gouvernement de la RDC. Nous appelons tous les acteurs de la région à cesser tout soutien ou coopération avec le M23 ou d’autres groupes armés non étatiques. Nous restons profondément alarmés par l’augmentation des discours de haine et appelons à mettre un terme à la rhétorique violente. Nous réitérons également que l’implication dans la planification, la direction, le parrainage ou la conduite d’attaques contre les Casques bleus de l’ONU constitue une base pour la désignation de sanctions conformément aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Nous appelons à une reprise immédiate du processus de Nairobi et du processus de médiation trilatérale de Luanda pour trouver une solution durable. Tous les États parties de la Communauté de l’Afrique de l’Est (CAE) et de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) doivent respecter les principes convenus lors du Conclave des chefs d’État d’Afrique de l’Est et du processus de médiation de Luanda.

Enfin, nous exprimons notre ferme soutien à la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire