Après le meurtre d’un conducteur de gbaka – Grève des transporteurs et marche forcée à Yopougon

La commune de Yopougon est paralysée depuis ce matin par un mouvement de débrayage des conducteurs de minicars après le décès d’un des leurs, vendredi en début de soirée. Selon certaines informations, le chauffeur a été atteint mortellement par balle. Un homme en tenue civile en serait l’auteur à la suite d’une incompréhension au sujet de la monnaie à rendre. Une attitude fréquente à bord des gbaka qui occasionne souvent de la bagarre.

La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre via les réseaux sociaux. Vendredi soir la circulation continuait malgré les appels incessants. C’est ce samedi matin qu’à l’appel de leurs différents syndicats que l’arrêt de travail a été mis à exécution au grand dam des usagers surpris par le mouvement tôt ce matin. Des commerçants, surtout des femmes qui étaient allées chercher de la marchandise sont restées bloquées au bord des routes. Les plus chanceuses sont aidées par quelques automobilistes compatissants. Mais cette générosité a été de courte durée puisque, les transporteurs attroupés au niveau de certains carrefours font descendre des passagers. Les conducteurs de taxis compteurs qui ne se sentaient pas concernés ont ainsi subi des brimades à certains endroits de la commune. Les taxis communaux de couleur bleue ont suivi le mouvement. Seule la Sotra assure ses liaisons habituelles mais mal organisée pour satisfaire les nombreux usagers clients des taxis et gbaka.
C’est donc la marche forcée depuis ce matin. Les rues sont prises d’assaut par tous ceux qui ne peuvent pas éviter le déplacement.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire