Production de riz – Orange CI signe avec Amc-Fc pour booster la production et « faire voir le riz ivoirien »

Le nid d’abeille, siège de Orange Côte d’Ivoire a abrité vendredi 11 novembre 2022 une signature de convention entre la compagnie de téléphonie amenée par Didier Kla, directeur Orange Business et Amc-Fc, start up ivoirienne spécialisée dans la production rizicole, dirigée par Diabaté Mory. Un partenariat qui rentre dans la droite ligne d’une autre convention entre l’Etat de Côte d’Ivoire et Orange CI pour la réalisation de la stratégie gouvernementale en matière de production de riz sur la période 2020-2030.

Selon les termes de ce partenariat Oci/Amc tels qu’expliqués par Diabaté Mory, Pdg d’Amc-Fc, la société de téléphonie à travers ses solutions digitales Agritech va permettre de localiser, d’enregistrer les producteurs, de suivre leur production depuis les champs jusqu’à l’usine, de permettre une traçabilité de la production nationale.
« Cette signature de convention qui intervient 7 ans après le début des tractations va enfin nous permettre de voir le riz de Côte d’Ivoire. Ce riz de Côte d’Ivoire qui n’est ni visible, ni présent sur nos marchés. A travers ce projet, nous allons pouvoir le retrouver sur nos marchés. Nous allons avoir du riz de bonne qualité, une traçabilité du riz et l’origine de chaque variété qui arrive. Ce projet nous facilitera également les paiements. C’est-à-dire que le producteur sera payé en temps réel. Dès qu’on fait l’enlèvement de son produit, son compte sera automatiquement crédité », a explicité M. Mory. En clair, sa structure qui intervient dans la production et l’encadrement des producteurs va, à travers les solutions digitales offertes par l’opérateur de téléphonie, améliorer les services aux acteurs du riz. Il s’agira entre autres, de la géolocalisation des parcelles de production, de la précision des superficies et des volumes de la production. Avec ces informations bien chiffrées, Amc-Fc (Agricultural and management company) se chargera d’apporter aux producteurs les intrants nécessaires ainsi que toute la logistique pour l’enlèvement de la production en vue de son usinage.

Pour Diack Latifa, Dg adjointe chargée des solutions B to B à Orange Côte d’Ivoire, il faut que de plus en plus de filières agricoles se laissent pénétrer par la digitalisation. Ceci, dit-elle, en vue d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. La digitalisation ne doit pas être vue comme un luxe, elle doit s’intégrer dans le milieu paysan, ajoute-elle.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire