La Côte-d’Ivoire annonce le retrait de ses troupes de la Minusma au Mali

Dans un courrier adressé aux Nations unies, Abidjan indique sa volonté de retirer « progressivement » ses militaires et policiers déployés au sein de la mission de maintien de la paix au Mali.

Par Benjamin Roger et Baudelaire Mieu

Après Londres, Abidjan. Au lendemain de l’annonce par la Grande-Bretagne de sa volonté de retirer de façon anticipée ses 300 soldats déployés au Mali en appui de la Minusma, c’est la décision de la Côte d’Ivoire qui est rendue publique. Dans un courrier adressé le 11 novembre au bureau du secrétaire général adjoint aux opérations de paix, la mission permanente ivoirienne auprès des Nations unies « confirme la décision de retrait progressif des personnels militaires et de police ivoiriens déployés au sein de la Minusma ».

Le 28 octobre, Léon Kacou Adom, ministre délégué auprès du ministre de la Défense et représentant permanent de son pays à l’ONU, avait personnellement annoncé cette décision à Jean-Pierre Lacroix, le secrétaire général adjoint aux opérations de paix, lors d’un entretien à New York.

Jeune-Afrique

Lire également: Mali/Défense: La Minusma « fière » de recevoir un nouveau contingent de 902 soldats et policiers de la Côte-d’Ivoire

(…)

La Côte d’Ivoire retire ses troupes de la MINUSMA

La Côte d’Ivoire a annoncé la fin de sa participation à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA). C’est l’information donnée par le Bureau du Secrétaire général adjoint aux opérations de paix des Nations Unies.

« D’ordre du gouvernement de la République de Côte d’Ivoire, la Mission permanente confirme la décision de retrait progressif des personnels militaires et de polices ivoiriens déployés au sein de mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali », révèle une lettre adressée au Bureau du Secrétaire Général Adjoint aux Opérations de paix des Nations unies, le 11 novembre 2022.

La Côte d’Ivoire ne pourra donc assurer la relève de ses troupes basées à Mopti pour les mois d’octobre et novembre 2022. Aussi, elle n’ambitionne pas d’effectuer la relève de ses militaires et policiers au sein de la MINUSMA. Une opération qui était prévue en août 2023. Le gouvernement ivoirien se dispense donc de redéployer ses soldats retirés du Mali, dans d’autres missions d’opération de paix de l’ONU à travers le monde. Les négociations étaient déjà en cours entre le ministre délégué Léon Kacou Adom et Jean-Pierre Lacroix, Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, depuis le 28 octobre dernier.

46 soldats ivoiriens sont illégalement détenus par le pouvoir malien depuis juillet 2022. Ils étaient justement sur le sol malien, dans le cadre d’une mission de soutien à l’aéroport de Senou. Une thèse soutenue par Abidjan, confirmée par l’ONU et la CEDEAO. Ce que les autorités maliennes ont nié, accusant les soldats ivoiriens d’être des mercenaires. Les négociations engagées par Faure Gnassigbé, Président togolais et Macky Sall chef d’Etat Sénégalais, n’ont cependant pas encore abouti.

Bema Bakayoko

Avec Lavenir.ci

Commentaires Facebook
Share:

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire