Duékoué Grande mobilisation à la Journée nationale de la paix – Patrick Achi salue l’engagement du peuple Wê pour la paix

« Prenez la main tendue du chef de l’Etat »

Les lampions se sont éteints, mardi 15 novembre 2022, sur la 26e édition de la Journée nationale de la paix couplée de la Journée du pardon et du souvenir, dans la ville de Duékoué. L’envoyé du président de la République, le Premier ministre Patrick Achi, a, lors de la cérémonie officielle, salué la mobilisation, preuve, selon lui, que le peuple Wê a effectivement décidé d’aller à la réconciliation. « Je voudrais tout d’abord vous dire à quel point je suis extrêmement honoré et au-delà de moi, le président de la République, d’avoir été reçu par une mobilisation si extraordinaire et qui, pendant plusieurs heures d’horloge, n’a pas vu une seule personne bouger (…). Ceci traduit à quel point cette cérémonie est importante à vos yeux mais à quel point vous attendez le message du président de la République », a-t-il affirmé.
Patrick Achi a également salué la présence de tous les élus et cadres du Guémon, en l’occurrence le député du Parti des peuples africains-Côte d’Ivoire (Ppa-CI), Youté Innocent, et l’ex-ministre Kahé Eric, deux personnalités proches de l’ex-président Laurent Gbagbo. Cela, tout en rendant hommage aux victimes et familles des victimes des récentes crises dans la région. « Je voudrais saluer les chefs traditionnels et religieux pour leur engagement pour la paix, inlassablement, continuellement sans jamais se décourager. Depuis le début de la crise et les années qui se sont écoulées, ils ont continué à œuvrer pour la paix. Je ne voudrais pas, à cet instant où nous tombons dans les bras des uns et des autres, oublier la lourde charge et les douleurs qui ont été quelquefois vécues pour arriver à aujourd’hui », a-t-il indiqué.
Selon le chef du gouvernement, le premier président de la République de Côte d’Ivoire, Félix Houphouët-Boigny, avait déjà tracé les sillons du développement du pays, par le dialogue. D’où l’importance pour les Ivoiriens de se laisser guider par le dialogue et le pardon, à chaque instant. Il a demandé aux Wê de prendre part aux travaux engagés, en saisissant la main tendue du chef de l’Etat. « Je suis venu, pour ma part, traduire les salutations fraternelles, la compassion particulière du président de la République qui aurait voulu lui-même être là aujourd’hui pour magnifier ce jour si important à ses yeux. Le président Alassane Ouattara est un gardien de la paix. Il en connaît la valeur. Il sait qu’il faut pardonner pour avancer, se réconcilier et prospérer. C’est autour de la paix qu’il a reconstruit la nation ivoirienne. L’organisation d’une telle cérémonie est tout un symbole. C’est pourquoi je vous invite à prendre la main tendue du chef de l’Etat. La Côte d’Ivoire sous Alassane Ouattara est en marche, et le peuple Wê a toute sa place dans ce processus », a-t-il appelé.
De cette tribune, il a salué les cérémonies de purification demandées par les populations : « on sait que ces cérémonies ne sont pas simples, ces cérémonies ne se déroulent pas les jours (…) sont sincères, elles se font ou elles ne sont pas sincères et ne se font pas. Vous avez su restaurer la paix et la cohésion sociale en vous pardonnant mutuellement », a-t-il souligné.
Pour terminer, il a indiqué qu’à partir de l’année prochaine, plusieurs chantiers verront le jour dans le Guémon, notamment le lancement des travaux de bitumage de l’axe Man-Kouibly, la construction de quatre autres collèges de proximité et la réhabilitation de plusieurs infrastructures à caractère public.

.

Encadré – KKB salue la mobilisation du peuple Wê « On ne pardonne jamais assez trop »

Le ministre de la Réconciliation et de la cohésion nationale, Kouadio Konan Bertin dit KKB, a salué, mardi 15 novembre 2022, à Duékoué, la forte mobilisation des populations du Guémon, à l’occasion de la célébration de la Journée de la paix, du souvenir et du pardon.
Il a signifié que la mobilisation de ce jour est le signe que les populations ont décidé de donner dos aux incompréhensions. « Je salue le peuple Wê parce qu’il a compris le sens de nos démarches. Oui, la Côte d’Ivoire doit résolument continuer à vivre. Le pardon est capital et nous devons continuer à le cultiver », a-t-il déclaré, saluant les cadres qui se sont fortement impliqués dans la réussite de cette Journée. « Comment terminer ce message sans saluer le corps préfectoral et tous les sous-préfets qui se sont investis pour qu’on en arrive à ces résultats. Mes remerciements vont également vers monsieur Bamba Check Daniel qui, grâce à son expertise, a permis à nos populations, des éclairages sur le foncier, l’un des problèmes cruciaux de l’Ouest », a souligné le ministre KKB.
Parlant des progrès réalisés par la Côte d’Ivoire en matière de réconciliation, KKB a signifié que les Ivoiriens devraient être fiers de leurs gouvernants. Pour lui, la présence des autorités tchadiennes est évocatrice. « Sans qu’on ne s’en aperçoive, notre pays est considéré à l’extérieur comme un modèle en matière de réconciliation. La présence de nos amis Tchadiens, venus à cette fête, devait nous indiquer que notre pays est sur la bonne voie », a déclaré Kouadio Konan Bertin.
« Cette année, nous en sommes à la 26e édition. Les années 2021 et 2022 ont été particulièrement riches en action de réconciliation, à en juger les rencontres entre le président de la République et ses prédécesseurs et, tout récemment, le dialogue politique. Mais celui qui fut le catalyseur incontestable de ces actes de cohésion sociale est incontestablement le président Alassane Ouattara. Il faut donc rendre à César ce qui appartient à César. Rendons un hommage mérité au président Alassane Ouattara qui ne manque pas d’occasion de mener les Ivoiriens vers la réconciliation qui est désormais à sa phase de parachèvement », a fait savoir le ministre de la Réconciliation et de la cohésion nationale. « Je voudrais en profiter pour réitérer mon appel aux populations : on ne pardonne jamais assez trop », a-t-il lancé.

Coulisses Mobilisation exceptionnelle
La place publique de Duékoué a refusé du monde, hier mardi 15 novembre 2022, à l’occasion de la cérémonie de célébration de la 26e Journée nationale de la paix, du pardon et du souvenir. Cette place a fait le plein de cadres, élus et populations vives. Les associations de jeunesse, de femmes et des chefs coutumiers n’ont pas manqué à l’appel. De nombreuses associations, dont celles des parents des victimes et des veuves, ont été au premier rang du public. Malgré la chaleur suffocante, on n’a déploré aucun incident, du début à la fin de la cérémonie.

Une forte délégation d’autorités tchadiennes présente
Des autorités politiques tchadiennes étaient, mardi, aux festivités marquant la 26e Journée de la paix couplée avec la Journée du pardon et du souvenir. Le ministre tchadien de la Réconciliation, Abderraman Oulam Allah, et certains de ses proches collaborateurs étaient dans la loge officielle et ont suivi toutes les étapes de cette cérémonie. Selon des informations, ils sont venus s’inspirer de l’exemple ivoirien en matière de réconciliation nationale. Cette présence des membres du gouvernement tchadien a été fortement appréciée par le Premier ministre ivoirien, Patrick Achi.

Une sélection d’Ibrahim BAKOULE
(Correspondant régional)

Photo : PATRICK dans Serveur

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire