Wê de la diaspora – L’AJWÊ PREND SON ENVOL

Plus de 300 personnes ont fait le déplacement pour répondre à l’appel de l’association des jeunes WÊ de la diaspora (AJWÊ Diaspora) , le samedi 11 novembre dernier à la salle Mozaïk à Noisy-le-sec.

L’AJWÊ a choisi comme couleurs le bleu et le blanc pour l’intronisation de son bureau exécutif.
Des couleurs qui évoquent la confiance, la fidélité, l’innocence et la fraîcheur.

C’est dans une coquette ambiance du crû avec des prestations artistiques de haute volée de Joyce La Victoire et Sarah Koula que les membres de la jeune association ont été entretenu en attendant le lancement des activités.
Le relais a été pris par Micka’s, Hilaire 1er, Zalaka et MC De Zagnan.

Le bureau de l’AJWÊ a fait son entrée sous un tonnerre d’applaudissements au son entraînant de Sylvie Kossa qui a électrisé la salle Mozaïk. Cette entrée est devenue un bal populaire, où l’on pouvait voir la richesse du pagne traditionnel WÊ.

La représentante du parrain, Madame Fanta TOUNKARA a ouvert le bal des discours en saluant l’initiative des jeunes pour la confiance placée en l’honorable Ibrahim DOUMBIA. Ce dernier a dit toute sa fierté d’avoir été choisi comme parrain. Il est disposé à accompagner l’AJWÊ dans ses objectifs qui rencontrent les siens dans son engagement politique < la paix, la réconciliation et le développement par l’union des filles et fils des régions du Guemon et du Cavally >.

La représentante du président Nestor Pondéré BAKO, Madame Florence La Lionne a remercié tous ceux qui ont fait le déplacement et poursuivi en WÊ.

La soirée était de bon goût et les participants se sont exprimés. Pour Marie Dolébohi .

Marius Mohui, originaire de Kouibly se dit .

Les artistes MC De Zagnan et Spat le Béni ont bouclé la boucle.

C’est sur le coup de 6 heures du matin que la cérémonie a pris fin.
Avec plus de 300 participants, on peut dire que l’intronisation du bureau de l’AJWÊ diaspora a été une belle réussite.

Eden Bégé

Aujourd’hui, votre bureau investi, quels sentiments vous animent ?

Serge Bah DESSIEHI:
C’est un sentiment de joie immense qui m’anime. C’est une fierté pour mon bureau et moi même d’avoir réussi à mobiliser autant de personnes autour de ce projet et de notre message d’unité, de cohésion de paix et de développement.

À ce jour, avez- vous eu de nouveaux contacts ?

S B D:
J’aimerais avant tout dire mes remerciements à votre média qui nous accompagne depuis le début. Je peux dire qu’après notre conférence de presse, nous avons eu de nombreux contacts .135 personnes nous ont contacté via Facebook et WhatsApp 07 68 70 77 71. Nous avons été approché par l’association des ivoiriens de la diaspora, la jeunesse WÊ d’Allemagne, d’Italie et du Royaume-Uni. La présidente de l’association des ressortissants de Facobly au Royaume-Uni est là ce soir, Madame Miriam Makou.

Des postes restaient à pourvoir est-ce qu’il le sont aujourd’hui ?

SBD:

Effectivement des postes restent à pourvoir quand bien même certains ont déjà été pourvus. Nous avons des contacts et sommes en discussion avec des personnes qui ont manifesté leur envie de nous rejoindre. Certains hésitent encore à cause principalement de leurs occupations professionnelles. Nous poursuivons donc les discussions afin qu’ils nous rejoignent.

Quel était votre message ce samedi, de votre sortie?

SDB:

Nous voulions emboîter le pas de nos politiques qui organisent le 15 novembre une journée de la paix à Duékoué[ note de la rédaction : l’interview a eu lieu le 12 novembre ], une ville meurtrie par la crise postélectorale de 2010 2011. C’est dans cet élan de réconciliation, de paix, d’amour et de fraternité s’inscrit notre action unité cohésion et rassemblement. Nous voulons dépasser les clivages et les divergences pour reconstruire notre région Guemon et Cavally.

Que prévoyez-vous comme actions dans l’immédiat ?

SDB:
Nous avons décidé dans un premier temps de contacter toutes les associations existantes de la la jeunesse WÊ en Côte d’Ivoire comme dans la diaspora afin de les impliquer dans cette dynamique. Cette mobilisation sensibilisation sera plus intensifier du côté du pays afin de recueillir les besoins de nos populations afin de mettre en place un projet qu’on aura choisi.

Du côté de la diaspora que prévoyez vous.

SDB:
Nous souhaitons identifier les jeunes WÊ. Ensuite, les sensibiliser à adhérer pour qu’on puisse travailler ensemble. Pour ce faire, nous avons des entrepreneurs qui n’hésitent à donner du travail, former les membres afin qu’ils soient autonomes. Pour ceux qui sont en situation irrégulière, nous avons une plante forme et un avocat pour les accompagner dans les démarches administratives de régularisation. C’est un des points de notre projet.

Un appel à lancer?

SDB:
Je tiens à remercier tous ceux qui ont fait le déplacement, nos partenaires ,l’association des étudiants ivoiriens de la diaspora, le Moder, Wehon leader, la FADEFF, G Groupe au Burkina Faso, où nous allons bientôt nous rendre pour intronisé une base, Béni de Dieu Production qui a offert la sono ce soir. Merci beaucoup à tous ceux que j’ai oublié et à notre parrain, Ibrahim DOUMBIA, notre président Nestor Pondéré BAKO et notre patron Serey Doh Célestin.

Elysée Blandine Gogoua, à Paris

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire