Grossesses dans les écoles en Côte-d’Ivoire – Le cri d’alarme d’un écrivain avec son poème (phénomène très alarmant)

Les politiciens ont d’autres chats à fouetter, leurs réélections, comment piller encore plus les caisses de l’État, comment acheter des armes pour protéger leur pouvoir, comment se faire la guerre, comment développer leurs régions d’origine etc. Les parents, face à la crise, n’ont pas les moyens d’aider leurs enfants, d’autres familles restent sans hommes, morts ou tués durant les nombreuses crises, dont l’une se profile déjà à l’horizon 2025.

Les filles, elles sont certes victimes de la dépravation des mœurs depuis l’apparition d’Internet, mais elles peuvent être accusées de ne pas toujours écoutés les conseils des éducateurs de la sante, ou les cours sur les mesures de préventions reçus a l’école.

Là-où les nombreuses autres campagnes de sensibilisation n’ont pas suffi, pourquoi ne pas essayer la voie de la poésie, la voix et la plume du poète ? C’est le pari de l’écrivain avec son poème, qui sera distribué dans tous les établissements secondaires et primaires (CM1 et CM2).

Sylvie Kouamé

L’ écrivain Eric Koffo dénonce les grossesses précoces en milieu scolaire à travers un poème

QUE CESSENT CES GROSSESSES PRECOCES

Elles poursuivaient leurs études tranquillement

Dans l’intention de les achever fièrement

Avec l’espoir de les réussir brillamment

Sans savoir qu’elles seraient freinées dans leur élan, brutalement

Elles rêvaient d’une vie meilleure, absolument

S’appliquant à suivre les cours assidûment

A étudier, au grand bonheur des parents, leurs leçons régulièrement

Vêtues de leur uniforme bleu-blanc, élégamment

Elles étaient dans ce milieu scolaire, dans la fleur de l’âge, simplement

En pleine croissance physiologique, assurément

Innocentes à souhait et naïves totalement

Sans savoir qu’elles seraient la proie de prédateurs, impitoyablement

Elles ont été victimes de grossesses précoces, finalement

Des grossesses à risques auxquelles elles sont exposées dangereusement

Si elles n’y perdent pas la vie tragiquement

Ce sont leurs études qui sont gâchées inutilement

Quand on est élève, on n’élève pas un enfant, logiquement

Quand on est adolescent, des erreurs se paient cash, malheureusement

L’école n’est pas une maternité, franchement

Alors, que cessent ces grossesses précoces, immédiatement.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire