La gigantesque découverte faite en Angola par ExxonMobil est une autre preuve de l’avenir prospère de l’Afrique

La découverte angolaise d’ExxonMobil : Un autre phare de l’avenir prospère de l’Afrique malgré le sentiment dominant à la Conférence des Parties (COP27) (Par NJ Ayuk)

La découverte, la première de la société dans la région depuis 2003, se trouve à environ 365 km au nord-ouest du littoral de Luanda, à une profondeur de 1 100 m

JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 29 novembre 2022/ — Par NJ Ayuk, Président, Chambre africaine de l’énergie (www.EnergyChamber.org)

La récente découverte d’ExxonMobil dans le bloc 15 au large de l’Angola, dans la zone d’intérêt Bavuca South, ajoute du crédit à l’idée que l’Afrique est un concurrent important sur les futurs marchés de l’énergie.

La découverte, la première de la société dans la région depuis 2003, se trouve à environ 365 km au nord-ouest du littoral de Luanda, à une profondeur de 1 100 m, et devrait contribuer à une capacité de production éventuelle de 40 000 barils de pétrole par jour.

Cette découverte n’aurait pas été possible sans une disposition accueillante à l’exploration et les conditions agréables établies par le gouvernement angolais. La Chambre africaine de l’énergie considère chaque résultat comme un grand succès et un pas de plus vers un avenir prospère pour l’Afrique dans son ensemble. Cependant, notre point de vue n’est pas partagé par de nombreuses personnes qui ont assisté et se sont exprimées lors de la COP27, le sommet des Nations Unies sur le climat qui s’est tenu ce mois-ci en Égypte.

Les voix de l’opposition

L’activiste climatique sud-africain Bhekumuzi Bhebhe, qui craint l’impact environnemental que pourraient avoir les partenariats entre l’Afrique et les compagnies pétrolières internationales, a scandé « Don’t gas Africa » à l’extérieur de l’événement. Le groupe environnemental radical extinction rebellion, Chloe Lebrand et leurs sponsors qui n’engagent pas d’Africains avec un agenda anti-africain ont rejoint le chœur.

Omar Elmaawi, un militant kényan qui s’oppose à la construction de l’oléoduc de l’Afrique de l’Est, craint que la corruption du gouvernement n’entraîne l’exploitation des ressources africaines.

« J’ai toujours pensé que soit nos dirigeants sont vraiment ignorants et stupides, soit certains d’entre eux ont été compromis et ne travaillent pas dans l’intérêt de leur peuple », a déclaré M. Elmaawi.

Les détracteurs de l’expansion de l’industrie pétrolière africaine suggèrent que les investissements devraient plutôt servir à développer des énergies renouvelables pour le continent.

L’organisation allemande à but non lucratif Urgewald a contribué à l’édition 2022 de la Global Oil & Gas Exit List, un rapport annuel qui détaille les activités d’investissement derrière la production mondiale de pétrole et de gaz. Le rapport de cette année a révélé que, malgré leurs engagements déclarés envers les objectifs d’émissions nettes zéro de l’ONU, de nombreuses institutions financières continuent de soutenir les entreprises pétrolières et gazières, encourageant l’expansion de 96 % de l’industrie.

La célèbre écologiste Heffa Schuecking, directrice exécutive d’Urgewald, s’est entretenue avec des journalistes lors de la COP27 sur la différence entre les intentions déclarées de l’industrie pétrolière et gazière et ses actions dans le monde réel.

« Nous voyons de nouveaux projets de combustibles fossiles dans 48 des 55 pays africains et ces projets peuvent être retracés jusqu’à 200 entreprises », a déclaré M. Schuecking. « Alors que les discussions se poursuivent ici à la COP, nous constatons une déconnexion avec ce qui se passe en Égypte et dans le reste de l’Afrique. Rien qu’en Égypte, nous avons 55 entreprises qui prospectent pour découvrir de nouveaux gaz. »

Concernant le potentiel de l’Afrique en matière d’énergies renouvelables et les 5 milliards de dollars actuellement en jeu dans l’exploration pétrolière et gazière en Afrique, M. Schuecking a déclaré : « Si l’on compare les investissements consacrés aux énergies fossiles et ceux consacrés aux énergies renouvelables, l’écart est énorme. Il est énorme. Nous investissons au mauvais endroit. »

La Chambre africaine de l’énergie est d’un avis différent. Nous pensons que ces investissements visent exactement le bon endroit, au bon moment, et nous encourageons d’autres investisseurs à faire de même.

Une confrontation avec la réalité qui n’a que trop tardé

Ces derniers mois, les manifestants pour le climat du monde entier ont fait la une des journaux en bloquant des routes, en dégradant des bâtiments et en vandalisant des œuvres d’art inestimables pour réclamer la fin du pétrole. Alors qu’ils collent leurs mains – et même leurs têtes – aux murs des galeries et aux sols des salles d’exposition, ils arborent des vêtements, des chaussures et des accessoires fabriqués à partir du pétrole.

Certains de ces chercheurs d’attention ont perturbé des matchs de tennis professionnels, s’emmêlant dans les filets tout en exigeant l’arrêt des voyages en avion ou en prophétisant une catastrophe écologique pour les jours à venir. L’un d’eux est allé jusqu’à s’immoler par le feu, mais aucun d’entre eux n’a proposé d’alternative viable aux combustibles fossiles.

En dehors de leurs moments de zèle douteux, ces militants mènent probablement une vie normale et moderne dans des pays du premier monde, qui serait impossible sans les incroyables commodités offertes par le pétrole et le gaz.

Bien que les combustibles fossiles soient à l’origine de la révolution technologique, de l’amélioration massive de la qualité de vie dans le monde entier et de la croissance démographique la plus rapide de l’histoire de l’humanité, l’opinion dominante partagée par les dirigeants mondiaux aujourd’hui est que nous devrions cesser de les utiliser dès que possible.

Alors qu’un grand nombre des discussions de la COP27 sur les échéances pour mettre fin aux émissions mondiales de CO2 ont souvent évoqué des dates improbables en 2050 ou même 2030, une voix dans la foule a offert une dose de réalisme.

Dans une déclaration faite à UN News, Miriam Hinostroza, économiste de l’environnement au sein du programme des Nations unies pour l’environnement, a exposé la dure réalité de notre situation actuelle.

« Parfois, la priorité des pays est la croissance économique, qu’ils ne peuvent obtenir qu’en utilisant les combustibles fossiles – ils sont encore bon marché, les technologies sont là, il y a de nombreuses centrales électriques [et] ils ne peuvent pas [tout d’un coup] se débarrasser de ces centrales. Il y a donc cette question des actifs échoués – que faire de tous ces investissements, de toutes ces technologies », a déclaré M. Hinostroza, suggérant que l’idée de mandats interdisant les combustibles fossiles au cours de la prochaine décennie n’est « pas une réalité ».

Un coup de pouce ou un coup de pouce ?

Étant donné que l’Afrique n’est responsable que de 4,8 % des émissions mondiales de CO2, mais qu’elle subit un impact disproportionné du changement climatique, le consensus de la COP27 est que l’Afrique devrait laisser ses réserves de combustibles fossiles dans le sol et percevoir des réparations financières auprès des nations suffisamment chanceuses pour avoir déjà profité de leurs propres ressources pétrolières.

Toutefois, ces engagements ne sont souvent que des paroles en l’air. Cela fait deux ans que l’Accord de Paris a engagé 100 milliards de dollars par an en faveur des pays en développement, mais ces promesses ne sont toujours pas tenues.

Alors que nous voyons la Chine construire plus de la moitié des nouvelles centrales au charbon du monde et l’Allemagne remplacer les parcs éoliens par des mines de charbon, il devient de plus en plus difficile de considérer sérieusement les recommandations du G20, étant donné qu’ils n’adhèrent pas aux pratiques qu’ils épousent.

L’Afrique mérite de profiter des atouts qui se trouvent dans son sol et sous ses eaux côtières, comme l’ont déjà fait tant de nations riches en ressources. Plutôt que de se mettre à la merci d’une aide étrangère qui ne viendra peut-être jamais, l’Afrique doit tirer parti de ses avoirs pour obtenir la plus grande récompense possible et des avancées de grande envergure pour son peuple.

Atteindre le bon équilibre

La découverte d’Exxon en Angola sert d’étude de cas sur la bonne marche à suivre pour les nations africaines. Les généreuses incitations fiscales et les réformes administratives mises en place par les dirigeants angolais ont été suffisamment importantes pour détourner l’attention du géant pétrolier américain de l’Amérique du Sud pour la première fois depuis des années. En outre, le plan angolais visant à utiliser le gaz naturel comme carburant de transition, tout en investissant dans des projets d’énergie solaire et en menant des recherches sur l’hydrogène vert et les biocarburants, favorisera une éventuelle conversion aux énergies renouvelables dans les délais les plus raisonnables d’un point de vue économique.

L’idée que le pétrole et le gaz de l’Afrique pourraient rester inexploités à jamais est un fantasme. La collecte de nos vastes ressources n’est pas sujette à débat. Elle est inévitable. Les compagnies pétrolières internationales continueront à extraire du pétrole partout où il est disponible, tant que cela sera économiquement avantageux – un délai qui durera probablement des décennies. La seule question est de savoir comment procéder. Est-ce que ce sera à notre détriment, ou est-ce que ce sera un avantage net ?

La Chambre africaine de l’énergie convient que la corruption des gouvernements doit être éradiquée et exclue de toute place à la table des négociations. Nous convenons que toutes les mesures doivent être prises pour protéger l’environnement africain, mais il est tout aussi important de s’attaquer aux problèmes de la pauvreté énergétique et de l’inégalité des richesses et de garantir un avenir où nos enfants pourront s’épanouir. En suivant l’exemple de l’Angola, en accueillant l’exploration et en poursuivant des relations mutuellement bénéfiques avec des partenaires capables d’ériger les infrastructures nécessaires, nous nous trouverons sur la meilleure voie à suivre.
Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.
SOURCE
African Energy Chamber

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire