De la métaphore d’Adjoumani Kobena parlant de Gbagbo : «On ne peut pas avoir peur d’un lion qui a perdu ses crocs et ses griffes »

Liade G réagit…

Cette métaphore d’Adjoumani vient confirmer la force ou le pouvoir du lion qu’incarne Gbagbo dont ils ont toujours eu peur.

Gbagbo n’a jamais perdu ses forces ni sa lucidité. Il n’a jamais changé de trajectoire après la prison de la Francafrique, alors que monsieur Adjoumani a développé la philosophie de la transhumance politique en côte d’ivoire. Si Adjoumani répond à Gbagbo, c’est que le lion est devenu plus féroce et plus agressif qu’avant. Il peut toujours rebondir. Laurent gbagbo continuera de répondre à Ouattara et au RHDP à chaque fois que l’occasion se présentera. Un vrai homme politique sait choisir le lieu, l’heure et le jour, pour répondre à ses détracteurs. Gbagbo continuera de fragiliser le Rhdp de Ouattara de l’intérieur et Ahoua Don Mello continuera de combattre la Francafrique de l’extérieur. Voilà la stratégie du PPA-CI qu’Adjoumani et le Rhdp ne peuvent pas maîtriser. Gbagbo les a jetés dans un tourbillon politique irréversible et infernal. Gbagbo vient de confiner le Rhdp et son gouvernement dans une nasse sans oxygène. Ils ne sont plus audibles.

Dites à Adjoumani, qu’on ne provoque pas un lion qui est au repos.

Le rôle de Gbagbo est de tout faire pour ne pas exacerber les tensions, mais au contraire pour les apaiser. Gbagbo n’a jamais assimilé les luttes démocratiques à la violence verbale encore moins physique. Par contre, Gbagbo ne laissera pas la tyrannie régner sur un mètre carré, sinon elle gagnera toute la superficie de la côte d’ivoire. Pour Gbagbo les Ivoiriens sont aujourd’hui trop informés, trop formés, trop expérimentés pour se laisser prendre par des postures déjà vues et entendues lors de nombreuses sorties de Ouattara et ses militants.

Dans la vie politique, il faut être offensif, si on se défend, on a déjà perdu. Le Rhdp est passé dans la défensive et Gbagbo dans l’offensive. Ouattara et ses hommes sont en perdition. Laurent Gbagbo n’est pas prêt à reculer. Celui qui est fatigué peut quitter Laurent Gbagbo, et aller faire alliance avec le Rhdp de Ouattara. Gbagbo ne changera jamais les valeurs pour lesquelles il se bat depuis 1969.

Les prisons ne lui ont jamais fait changer de chemin.

Un combattant n’a pas peur d’aller jusqu’au bout de sa pensée.

Il se prosternera, mais devant sa propre image.

Liade G

Commentaires Facebook

1 réflexion au sujet de « De la métaphore d’Adjoumani Kobena parlant de Gbagbo : «On ne peut pas avoir peur d’un lion qui a perdu ses crocs et ses griffes » »

  1. Je n’ai jamais vraiment compris ce ministre! Au lieu de travailler, il est tout le temps dans des injures, des insultes, parler mal etc. Bon, à un moment donné, il faut apprendre à donner le bon exemple quand même!

Laisser un commentaire