161 cas de grossesses enregistrées/DRENA de Man en 2021, déjà 20 cas au lycée au 1er trimestre 21/22

Une vingtaine de cas de grossesse a été enregistrée au lycée moderne de Man au terme du premier trimestre de l’année scolaire 2022-2023, a révélé la direction de la Mutualité et des œuvres sociales en milieu scolaire (DMOSS).

Selon le responsable du centre d’écoute de la direction régionale de l’Education nationale et de l’Alphabétisation (DRENA) de Man qui a donné l’information, lundi 19 décembre 2022, lors d’une campagne de sensibilisation de la DMOSS, ces chiffres, donnant froid au dos, il est nécessaire de donner des messages forts pour adopter des comportements responsables et permettre aux jeunes filles d’éviter les prédateurs pendant les congés scolaires de fin d’année.

L’objectif de cette campagne de sensibilisation, a annoncé Koné Piflo, c’est de permettre aux apprenants de passer des congés de Noël et du Nouvel an sains et agréables sans risque de tomber enceinte.

Le choix d’une telle campagne, à la veille des fêtes de fin d’année, n’est pas fortuite, à suivre le représentant de la DRENA comparativement aux chiffres des deux dernières années.

« En 2020, 197 cas, l’année dernière (2021), 161 cas de grossesse dans la DRENA de Man. L’une des raisons du décrochage scolaire des jeunes filles est la grossesse en milieu scolaire. Au retour des congés, les enfants reviennent toujours avec des grossesses », a déploré le secrétaire général 1 de la DRENA, Traoré Gnintie.

Le médecin-chef du centre régional de la municipalité et des œuvres sociales en milieu scolaire (CREMOSS), Dr Assoa William Aubin, a lié, pour sa part, les causes principales de ce phénomène à la pauvreté, à l’éloignement des parents des élèves, au phénomène de location de résidences, au déficit d’éducation sexuelle et aux comportements déviants des élèves.

Ce mal contraint à l’abandon temporaire ou définitif de l’école, aux avortements à risque, aux accouchements difficiles, aux maladies de l’appareil génital, aux risques de décès et de déshonneur, a-t-il ajouté.

Comme conseils, le praticien recommande aux jeunes filles d’exprimer clairement les besoins primaires à leurs parents, communiquer avec eux et les proches sur toutes les questions liées à la sexualité et d’avoir constamment en conscience qu’un adolescent est incapable de prendre en charge une grossesse.

(AIP)

Ebd/kp

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire