Le bitumage de l’axe Odienné-Boundiali a-t-il accéléré le « développement » de la Bagoué et du Kabadougou ?

Pour certains observateurs, il aurait fallu commencer par certaines routes à fortes valeurs ajoutées comme la côtière ou l’autoroute Abidjan-Accra, au lieu d’aller faire du bitumage de prestige au nord de la Côte-d’Ivoire, région d’origine du chef de l’État et de nombreux cadres dirigeants du (défunt) Rdr. 

Mais que non, alors que la nouvelle côtière arrive difficilement à terme plus de 12 ans après l’arrivée de Ouattara au pouvoir, les nombreux bitumes sur les voies «vides» du nord du pays, servent plutôt aux piétons qui se rendent dans leurs plantations ou aux bétails, plutôt qu’aux véhicules.

Près de 3 ans après son inauguration l’axe Boundiali-Odienné peine encore à accélérer un quelconque développement dans ces deux régions du nord de la Côte-d’Ivoire, même si le Centre de communication gouvernementale dit le contraire, sans avancer un seul chiffre pour corroborer cette assertion.  

Hervé Coulibaly

Infrastructures routières : Quand l’axe routier Odienné-Boundiali accélère le développement socio-économique des régions de la Bagoué et du Kabadougou

Long de 131 km, l’axe routier Odienné-Boundiali a été inauguré le 11 octobre 2020 par le Président de la République, Alassane Ouattara. Cette infrastructure routière, dont les travaux ont duré 36 mois, a coûté 82,2 milliards de FCFA à l’État ivoirien.

« Les populations des régions de la Bagoué et du Kabadougou attendaient cet ouvrage depuis de nombreuses années. Auparavant, elles devaient parcourir les 131 km en cinq heures au moins, contre 1 heure et demie actuellement. Pour les usagers, c’est un gain en carburant et en temps », se réjouit Anne Victoire Kokora, enseignante à Odienné.

« L’axe bitumé Odienné-Boundiali a beaucoup contribué au désenclavement des deux régions. Il leur a permis de s’ouvrir à la Côte d’Ivoire toute entière », affirme Moustapha Diop, un touriste.

La réalisation de cette infrastructure comporte de nombreuses retombées socio-économiques. Elle a accéléré les échanges commerciaux, économiques et socioculturels entre les deux régions et le reste du pays.

« Le bitumage de la voie Odienné-Boundiali offre des opportunités considérables. Il permet le rapprochement des peuples à travers le brassage culturel », témoigne Cissé Aboubacar, cadre de la région d’Odienné.

La construction de cette voie matérialise l’ambition des autorités ivoiriennes de développer des infrastructures routières, dont l’un des volets importants est de relier tous les Chefs-lieux de Départements entre eux par des voies bitumées.

Elle traduit également l’ambition du gouvernement de moderniser le réseau routier du pays. Ainsi, le bitumage du tronçon Odienné-Boundiali a favorisé la création de 700 emplois directs.

Source : CICG

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire