Rti: un nouveau DG en janvier 2012

Aka Sayé Lazare, directeur général par intérim de la Rti.Aka Sayé Lazare, directeur général par intérim de la Rti.Avant la fin du mois de janvier, la direction générale de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (Rti) aura un nouveau titulaire. C’est ce qui ressort de sources proches du cabinet Deloitte commis à cette tâche par le ministère de la Communication et le conseil d’administration du média de service public. Et ce, au terme du processus d’appel à candidatures lancé, le 12 décembre et qui court jusqu’au 26 décembre. En attendant ce deadline, des sources proches du dossier font état de ce qu’à la date du 13 décembre en fin de matinée, une dizaine de dossiers à peine avaient été déposés.

Le Dg par intérim, Aka Sayé Lazare, s’il le désire, pourrait faire acte de candidature, étant entendu qu’il répond au profil recherché. A l’instar de biens d’autres cadres, anciens ou actuels de la «Maison bleue», qui comptabilisent «au moins 15 années d’expérience professionnelle pertinente dans la gestion d’entreprises publiques ou privées, y compris 10 ans à des postes de responsabilité. Une expérience dans la gestion des médias (radio, télévision…) serait appréciable», ainsi que le rappelle le communiqué du cabinet Deloitte. Au terme du premier tri sur dossier des postulants titulaires d’un Bac + 4/5, les candidats retenus seront soumis à un entretien avec les «chasseurs de têtes» du cabinet, avant de proposer le top 3 aux administrateurs et à la tutelle ministérielle qui devrait entériner le choix du nouveau Dg.

Mise en place d’un groupe de travail

En attendant, le ministre de la Communication, Souleïmane Coty Diakité, prépare le grand saut de l’audiovisuel ivoirien.

En effet, ce matin, son cabinet organise la cérémonie de mise en place du Groupe de travail pour la préparation de la Côte d’Ivoire au passage de l’audiovisuel analogique au numérique et aux développements des réseaux.

En amont, la Haute autorité de la communication audiovisuelle (Haca) a déjà les matrices de la libéralisation. Il faut rappeler que l’actuel appel à candidatures est lancé, un mois à peine après la mesure de mise en chômage technique d’une première vague de 322 agents pour 2 mois, le 16 novembre, selon un plan d’austérité pour faire face aux pertes de 9 milliards de Fcfa consécutivement à la crise post-électorale.

Un profil de technocrate

Les candidats devront, dans leur dossier, convaincre les «recruteurs» par leurs propositions au plan social, en plus des préconisations en matière de stratégie, d’investissement, d’opération, de plateau technique et de communication globale. Des exigences pour affronter les enjeux du basculement au numérique, au plan technique, et négocier, au plan structurel, les défis de la libéralisation.

Cette nouvelle posture s’inscrit dans la mouvance gouvernementale de bonne gouvernance et de transparence, avec obligation de résultats pour les entreprises et structures d’Etat et à participation publique.

Ainsi, le 21 novembre dernier, en leur remettant leurs feuilles de missions, le Premier ministre Guillaume Soro invitait les récents Dg recrutés et nommés au terme de la même procédure, «à se surpasser et à faire de la culture du résultat et du travail bien fait, leurs seules exigences et leur boussole».

Prenant la parole, au nom de ces nouveaux dirigeants de structure, M. Essis Esmel Emmanuel, directeur général du Cepici, a rassuré quant à r leur capacité à remplir la mission à eux confiée, tout en remerciant le Président Alassane Ouattara et le Premier ministre Soro pour le choix porté sur leurs personnes.

MM. Essis Esmel Emmanuel, Soro Nongoulougo et Edouard Fonh Gbei, respectivement directeurs généraux du Cepici, de la Sndi et secrétaire général du Cntigrecrutés à la suite d’un appel à candidatures diligenté par le Premier ministre et exécuté par le cabinet Deloitte, avaient été installés respectivement les 27, 28 et 31 octobre.

REMI COULIBALY
Fraternité Matin

Facebook Comments

Comments are closed.